ile de paques Ahu tahai Île de Pâques Coucher Soleil Rapanui

Accueil >Deux vagues d'immigration

Deux vagues d'immigration sur l'Ile de Pâques

Lors du peuplement de l’Ile de Pâques, on distingue deux phases d’immigration.

Pour retracer l’histoire de l’île, les spécialistes n’ont pu se fonder que sur les légendes et les quelques écrits laissés par les navigateurs passés par là. Nombre d’entre eux ont été analysés et confirmés par les recherches archéologiques.
 
La première migration vers l’Ile de Pâques serait celle du roi Hotu Matu’a et de ses sujets que l’on situe entre 1100 et 1400. Il aurait souhaité partir s’installer sur une terre vierge après avoir été vaincu lors de guerres tribales en Polynésie.
 
Une autre légende raconte le conflit entre deux tribus au XIIe siècle, les longues oreilles et les courtes oreilles. Les longues oreilles, appelés ainsi à cause de la déformation de leurs oreilles, semblent être les descendants du peuple natif de l'île. Les courtes oreilles, quant à eux, sont des arrivants plus tardifs et auraient été contraints à des tâches ingrates dans les carrières. Ils étaient généralement réduits à l’esclavage.
 
A l’époque, l’île était bien trop peuplée pour sa taille et les maigres ressources qu’elle proposait. Des conflits violents ont ainsi éclaté entre les tribus. Une légende raconte que lors de ces conflits, grâce à leur ruse, les courtes oreilles auraient massacré leurs ennemis, les longues oreilles. Ceci semble être confirmé par Thor Heyerdahl (anthropologue, archéologue et navigateur norvégien), lors d'une expédition sur l'île : il aurait trouvé un nombre conséquent d’ossements brûlés. Et comme, par tradition, les vainqueurs renversaient les Moaï adverses face contre terre, notamment les statues protectrices dont ils arrachaient les yeux, siège de la puissance spirituelle, les premiers navigateurs les trouvèrent ainsi.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici