ile de paques Ahu tahai Île de Pâques Coucher Soleil Rapanui

Accueil >Les terres intérieures

Le mystère du transport des Moaï

Le transport des Moaï jusqu’à leur Ahu reste mystérieux. Néanmoins, les archéologues chercheurs s’appuient sur des thèses déjà bien avancées depuis quelques années, même si aucun n'a encore été certifiée. Les recherches s’intensifient et sont toujours en cours.  

On dit que 90 % des Moaï jusqu’à 4 mètres de haut arrivaient à destination contre 80 % pour les Moaï entre 4 et 6 mètres. Quant à ceux de plus de 6 mètres de haut, seuls 20 % parvenaient jusqu’à leur ahu.

En effet, le transport était sûrement le travail le plus périlleux. Le Moaï ne devait pas se briser. Cela est tout de même arrivé de nombreuses fois au cours du temps en raison de la nature très friable de la roche dans laquelles ils sont taillés.

Trois théories des plus plausibles concernant le transport des Moaï sont mises en avant.

La première technique consisterait à insérer « un lit de bois », en bois de toromino, sous le Moaï couché sur le dos. Le Moaï glissait ainsi sur les rondins de bois jusqu’à la plate-forme qui lui était dédiée. Avec ce procédé, le Moaï ne parcourait que quinze mètres par jour.

La deuxième hypothèse serait un déplacement grâce à des cordes. Pour cela, il était mis directement sur pied. On attachait les cordes dans les orbites oculaires. Le Moaï était basculé un coup à droite, un coup à gauche. Ces pivotements se faisaient centimètre par centimètre. Cette technique demandait bien entendu une parfaite coordination des équipes afin de ne pas briser la statue.

La troisième méthode consisterait à coucher le Moaï sur le ventre. Des poutres étaient fixées à lui sur chaque côté, puis une autre en-dessous du Moaï. Pour faire avancer le Moaï, les Rapa Nui relevaient les poutres attachées sur les côtés les faisant ainsi tourner à 180 degrés. De cette manière, le Moaï avançait à grands pas. Après chaque action, les poutres étaient remises en position arrière. Ce processus était reproduit jusqu’à ce que le Moaï arrive à destination. Grâce à ce moyen, le Moaï était capable de parcourir cinq cents mètres en neuf heures.

Il convient de noter qu’une technique n’est pas plus privilégiée qu’une autre. La théorie la plus sûre est celle de l’utilisation de ces trois méthodes de transport. En fonction du terrain sur lesquels les Moaï avançaient, la technique employée changeait. En pente, on privilégieait davantage une technique plutôt qu’une autre, en montée également, sur du plat encore une autre, etc.

Moaï couché volcan Rano Raraku en fond

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici